lundi, avril 22, 2024
0

Votre panier est vide.

0

Votre panier est vide.

l’exposition qui dérange

 

L’exposition du sud africain Brett Bailey ouvrira ses portes du 27 au 30 novembre prochains au théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis en région parisienne, et du 7 au 14 décembre au théâtre du CENTQUATRE -Paris. Une exposition  sous forme de spectacle qui ne semble pas au goût de tous et est qualifiée par certains de zoo humain. Hommes et femmes noirs enchaînés et autres œuvres vivantes exposées qui rappellent les situations de servitude enrichissent le spectacle. L’objet du débat? Le collectif Contre #Exhibit B dénonce du racisme déguisé et veut faire interdire le spectacle qui n’a pas encore eu lieu à Paris cette année. Pourtant, Brett Bailey, entend à travers son oeuvre soulever un pan occulté de notre histoire dont les constructions idéologiques racistes perdurent jusqu’à nos jours. Ainsi,  l’installation-performance dénonce en douze tableaux vivants des actes commis, d’une part, en Afrique, pendant la période coloniale, et, d’autre part, aujourd’hui, en Europe, envers certains immigrés africains. Le metteur en scène pointe clairement la barbarie colonialiste et a accumulé les pièces à conviction témoignant des crimes commis à son encontre.

Une méditation sur le racisme

Exhibit B, présenté l’an dernier à guichets fermés au CENTQUATRE-PARIS est une «méditation sur le racisme», dit Brett Bailey. C’est plus encore. « Mon œuvre explore les dimensions et la complexité du paysage africain colonial et postcolonial. L’Afrique est si souvent  considérée comme un « cas désespéré », le « continent sans espoir », l’accent étant mis sur son état de ruine en oubliant que, durant les cinq cents dernières années, l’Afrique a été pillée et colonisée, ses sociétés, structures sociales et cultures ont été démantelées », explique le metteur en scène qui précise l’origine de son titre énigmatique « dans une poursuite pénale ou un procès civil, un exhibit (une pièce à conviction) est une preuve matérielle ou documentaire portée devant le jury. L’artefact, ou le document lui-même, est présenté pour être examiné par le jury».  L’efficacité presque scientifique du travail de Brett est donc explicite dans le titre.Nous sommes alors témoins de l’horreur d’un passé bien réel en interrogeant la responsabilité des pays colonisateurs sur l’Afrique d’aujourd’hui.

Qui est Brett Bailey?

Né en Afrique du Sud à la fin des années 60, Brett Bailey a connu le système de l’apartheid. Devenu auteur dramatique, metteur en scène et scénographe, il fonde une compagnie il y a près de dix-sept ans: Third World Bunfight. Il a travaillé dans toute l’Afrique du Sud, au Zimbabwe, en Ouganda, en Haïti, au Royaume-Uni ainsi qu’en Europe. A travers des formes artistiques variées (installations, performances, pièces de théâtre, opéras ou spectacles musicaux), ses pièces ovationnées et iconoclastes, qui posent des questions sur le monde postcolonial,comprennent BIG DADA, IPIZOMBI?, IMUMBO JUMBO et ORFEUS. Ses installations comprennent BLOODDIAMONDS: TERMINAL et EXHIBITs A & B. Bouleversant les idées reçues, ses propositions questionnent la responsabilité de l’Occident dans la situation actuelle de l’Afrique, mais aussi plus largement ce qui, consciemment ou inconsciemment, «colonise» toujours les esprits : ce racisme ordinaire qui légitime encore aujourd’hui la violence faite aux étrangers et aux autres, à l’image de la société ségrégationniste dans laquelle Brett Bailey a grandi.Il a mis en scène le spectacle d’ouverture du Sommet Mondial des Arts et de la Culture à Johannesburg (2009)ainsi que les spectacles d’ouverture du Festival International des Arts à Harare de 2006 à 2009.De 2008-2011, il a été conservateur de l’unique festival des arts publics en Afrique du Sud, Infecting the City, auCap. Parmi les soutiens du spectacle Ehibit B, on compte la CIMADE et l’Office National de Diffusion Artistique.

Exhibit B
du 27 au 30 novembre 2014 au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis
Tarifs : à partir de 10 euros pour les abonnés, 12 euros (tarif réduit), 15 euros tarif normal.

@karine_oriot

Quelle est votre réaction ?

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Charger plus d'articles Chargement...Il n'y a plus d'articles.

Toute L'ACTUALITÉ à portée de main

Des articles, des vidéos et du contenu exclusifs de femmes inspirantes du monde entier. Abonnez-vous dès maintenant et ne ratez aucun de nos numéros.