mardi, avril 16, 2024
0

Votre panier est vide.

0

Votre panier est vide.

Réalise son premier documentaire 

En 2000, Sonia Rolland devient la première miss France métisse et d’origine africaine, c’est dire tout le symbole pour les fervents défenseurs du multiculturalisme à la française. Au-delà de ce parcours emblématique en tant que miss, la belle Franco – Rwandaise s’est aussi très souvent distinguée pour la défense de causes qui lui sont chères, comme la lutte contre le racisme, l’exclusion et les discriminations. On se souvient notamment de ses prises de positions médiatiques, en soutien aux familles victimes d’un incendie dans un immeuble situé boulevard Vincent Auriol à Paris ; et plus récemment son engagement  aux cotés de ses amies Aïssa Maïga et Rokhaya Diallo pour dénoncer les propos contestés d’un article du magazine Elle. Et si elle apparaît depuis quelques années en tant que comédienne dans plusieurs fictions de cinéma et de télévision,  l’ancienne miss ne renie pas pour autant son passé strass et paillettes qui l’a révélée au grand public. Sa beauté demeure en effet, un grand un atout, pour preuve la marque Mixa la choisie comme égérie.  Pour cette fin d’année 2014,  Sonia Roland  nous dévoile au grand jour sa  grande passion pour la réalisation : « je ne regarde jamais un film avec l’œil d’un spectateur lambda, j’ai toujours aimé le cinéma et la réalisation,  je rêvais de passer un jour derrière la camera. Après des années de réflexion j’ai enfin décidé de réaliser mon premier documentaire  « Rwanda : Du Chaos au Miracle ».  L’occasion pour celle qui a quitté le Rwanda à l’âge de 9 ans de revenir à sa manière sur le génocide rwandais,  avec le parti pris de raconter  cette période douloureuse de l’histoire, sous le prisme de l’espoir et du renouveau. Dans ce film de 52 minutes, elle nous livre une lecture pacifiste de cet événement qui a marqué sa famille. Elle y décrit surtout ce pays qui a pourtant sombré dans l’horreur des massacres et des exactions entre Hutus et Tutsis ,comme l’un des nouveaux eldorados de l’Afrique. Une nation réunifiée où paix rime avec réconciliation, où  plus de 90 % de la population bénéficient d’une mutuelle de santé, un pays qui occupe aujourd’hui le 7ème rang mondial des pays où règne la parité dans les instances du pouvoir mais aussi le 4ème rang  mondial des pays qui luttent le mieux contre la corruption.
Vous avez mis pratiquement 2 ans pour réaliser ce documentaire, est- il le résultat d’un parcours du combattant ? J’ai effectivement réalisé ce film en deux temps. On a d’abord tourné en 2013,  lors d’un premier voyage qui nous a aussi servi de repérage, puis en 2014 pendant la période de commémoration du 20ème anniversaire du génocide. Ensuite il a fallu continuer à trouver des financements et des partenaires pour la diffusion. Heureusement,  j’ai été très bien accompagnée par l’équipe de Patrick Hernandez et Bagan films. Au final,  je n’ai pas eu trop de mal à convaincre mes partenaires. Ils se sont vite rendus compte que je connaissais bien mon sujet.

Pourquoi avoir choisi de montrer une nation rwandaise pacifiée et réunifiée, bien loin des stigmates et conséquences liées à un conflit inter ethnique ?Je suis ni journaliste, ni historienne, en réalisant ce documentaire j’ai réfléchi avant tout comme une enfant de ce pays. Par ailleurs,  pour moi cette appréciation de conflit purement inter ethnique me paraît trop simpliste. Ce qui m’a intéressé dans l’histoire post génocide, c’est de mieux comprendre les différents processus qui ont permis au Rwanda de se relever après 20 ans dans un climat de paix et de reconstruction. L’hymne national rwandais est le parfait exemple de cette nouvelle unité ;  il a été composé par des détenus Hutus, une belle manière de rapprocher ceux qui ont été ennemis par le passé mais qui au final sont amenés pour l’avenir à cohabiter pacifiquement au sein d’une même nation.

Le pardon a t-il été selon vous l’ADN  de cette reconstruction du Rwanda ? C’est en tout cas ce que je me suis efforcée à vouloir démontrer. C’est aussi les propos de Naasson Munyandamutsa, psychiatre rwandais et fil rouge de mon film qui parle de cette  nécessité du pardon comme le moteur essentiel pour  faire  avancer le peuple Rwandais. Une nation qui a su trouver à travers sa propre  culture et ses coutumes ancestrales communes , des moyens de reconstruire un pays dans la paix et la sérénité.Notamment  avec les Gacacas «  gatchacas », tribunaux populaires rwandais et l’organisation des Umuganda , rassemblements autour de travaux collectifs pour réparer une école ou une route par exemple.

Certains vous reprochent d’avoir idéaliser la reconstruction du Rwanda et le rôle du président Paul Kagamé, que répondez vous à ces détracteurs ? Je ne suis pas idéaliste, mais juste réaliste. Je n’ai jamais été coupée des réalités de ce pays que je connais trop bien. J’y retourne assez fréquemment pour me rendre compte des avancées et du chemin parcourus par les rwandais. Aujourd’hui,  le Rwanda est un pays exemplaire, ce n’est pas seulement moi qui le dis mais c’est aussi des chiffres à l’appui. Quant à ceux qui me reprochent de rouler pour Kagamé, je leur réponds juste que mon documentaire n’a rien de politique, il dresse un état des lieux après 20 ans de Génocide. Je suis fière d’avoir pu montrer tout ce que ce pays a pu accomplir en peu de temps pour se reconstruire. Il faut arrêter avec le misérabilisme et l’afro- pessimisme. Je continue à être très optimiste pour le Rwanda mais aussi pour l’Afrique.

Rwanda : Du chaos au Miracle – Documentaire de 52 minutes de Sonia Roland co – écrit avec Jean-Christophe Solac. Production Bagan Films & SoMad

Diffusion mercredi 26 novembre à 22h40 sur France Ô, émission Investigations présentée par Samira Ibrahim.

 par @Amy_Sakho

Quelle est votre réaction ?

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Charger plus d'articles Chargement...Il n'y a plus d'articles.

Toute L'ACTUALITÉ à portée de main

Des articles, des vidéos et du contenu exclusifs de femmes inspirantes du monde entier. Abonnez-vous dès maintenant et ne ratez aucun de nos numéros.