samedi, juillet 20, 2024
0

Votre panier est vide.

0

Votre panier est vide.

Société

En Guinée, les organisations de défense des droits des femmes se mobilisent contre les violences sexuelles dans le football

Le monde du football guinéen est secoué par un scandale retentissant : des accusations d’agressions sexuelles sur des mineures au sein du centre de formation de Nongo à Conakry. Une jeune joueuse, brisant le silence, a décrit un « système pédo-criminel » qui opère au sein de la Fédération guinéenne de football (Féguifoot).

Ce témoignage accablant a provoqué une onde de choc et mobilisé les organisations de défense des droits des femmes en Guinée. Le Club des jeunes filles leaders de Guinée monte au créneau et exige une action ferme des autorités. Elles demandent au procureur de la République de s’autosaisir du dossier et de diligenter une enquête approfondie pour faire la lumière sur ces actes abjects et punir les coupables.

L’organisation déplore le manque de progression de l’enquête policière, entamée il y a un an, et pointe du doigt un “manque de volonté” de la part des autorités judiciaires. Oumou Khairy Diallo, directrice exécutive du Club des jeunes filles leaders de Guinée, s’alarme de l’ampleur des violences sexuelles faites aux mineures en Guinée et appelle à une implication plus forte de toutes les parties prenantes dans la lutte contre ce fléau.

« Mettre fin à ces violences intolérables »

« Le cas de la Féguifoot n’est qu’un exemple parmi tant d’autres », souligne-t-elle, déplorant le silence qui entoure souvent ces crimes et le manque de suivi des actions menées sur le terrain. « Il est urgent que toutes les parties prenantes s’impliquent à la hauteur de leurs responsabilités pour mettre fin à ces violences intolérables », martèle-t-elle.

L’affaire secoue la Guinée et révèle la nécessité d’une action urgente et déterminée pour lutter contre les violences sexuelles faites aux mineures. La mobilisation des organisations de défense des droits des femmes est un signal fort adressé aux autorités. Ces dernières sont appelées à agir et briser le silence sur ces crimes qui bafouent les droits fondamentaux des jeunes filles.

Le Club des jeunes filles leaders de Guinée annonce son intention de porter plainte contre X ou de se constituer partie civile si une victime présumée souhaite le faire.

Quelle est votre réaction ?

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Charger plus d'articles Chargement...Il n'y a plus d'articles.

Toute L'ACTUALITÉ à portée de main

Des articles, des vidéos et du contenu exclusifs de femmes inspirantes du monde entier. Abonnez-vous dès maintenant et ne ratez aucun de nos numéros.