mercredi, février 28, 2024
0

Votre panier est vide.

0

Votre panier est vide.

Santé

Comores : vers l'éradication totale du paludisme

Il y a encore 11 ans, l’archipel des Comores était considérée comme “une zone de transmission intense” du paludisme.Un problème de santé publique, pris à bras le corps par les autorités locales. Après un programme de 10 ans, l’épidémie propagée par la piqûre d’un moustique femelle est voie d’éradication. Une victoire

Une campagne nationale d’élimination du paludisme

La malaria, aussi appelée paludisme, est une maladie infectieuse grave, parfois mortelle, causée par les parasites paludéens (Plasmodium) qui pénètrent dans l’organisme suite à une piqûre de moustique. Les parasites de la malaria se reproduisent d’abord dans le foie, puis dans les globules rouges. La personne qui souffre de malaria se plaint souvent de symptômes de type grippal, accompagnés de fièvre, frissons, maux de tête, douleurs musculaires, nausées, maux de ventre et sensation générale de fatigue.  En octobre 2013, une campagne nationale d’élimination du paludisme est lancée. Celle-ci consiste à administrer un traitement de masse à l’Artequick et au Primaquine.

Comment expliquer cette éradication?

Pour le docteur Soulaimane Youssouf, médecin-chef, « la baisse du taux de prévalence du paludisme est liée à plusieurs facteurs ». Outre le traitement de masse par l’Artequick et le Primaquine, la distribution gratuite de moustiquaires imprégnés d’insecticide a aussi joué un rôle non négligeable dans la prévention et la lutte contre cette maladie due à la piqûre de moustiques anophèles. Mais pour le médecin, il faut maintenir les efforts et continuer la surveillance.

K.O

Quelle est votre réaction ?

Articles connexes

Charger plus d'articles Chargement...Il n'y a plus d'articles.

Toute L'ACTUALITÉ à portée de main

Des articles, des vidéos et du contenu exclusifs de femmes inspirantes du monde entier. Abonnez-vous dès maintenant et ne ratez aucun de nos numéros.